REVE DE LICORNE
Bienvenue sur le forum Rêve de licorne


SVP merci de ne pas oublier votre présentation.

REVE DE LICORNE

SAUVETAGE DE NOS AMIS LES ANIMAUX PAR PETITES ANNONCES, PROTECTION ET INFORMATIONS MALTRAITANCE.
 
AccueilLerêvedeLicorneFAQS'enregistrerConnexion
Membres de l’Association Unicorn's Dream venez voir ce qui vous est réservé gratuitement http://www.revedelicorne.net/t5756-vous-aimez-votre-association-elle-vous-aime-aussi


Partagez | 
 

 SCANDALE : BRIGITTE BARDOT INTERPELLE LE MINISTRE SUR LA FILIERE VIANDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Licorne
Fondatrice Licorne
Fondatrice Licorne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17275
Age : 61

MessageSujet: SCANDALE : BRIGITTE BARDOT INTERPELLE LE MINISTRE SUR LA FILIERE VIANDE   Ven 11 Fév 2011, 11:41

- DE LA VIANDE COMMERCIALISEE MALGRE L’EMPOISONNEMENT DU CHEPTEL

- DES SUBVENTIONS AUX ELEVEURS PRIVES QUI NE SE SONT PAS MIS AUX NORMES,

- 1 % SEULEMENT DES ELEVAGES POUR LA CONSOMMATION QUI SONT CONTROLES,




BRIGITTE BARDOT INTERPELLE LE MINISTRE !




Vous trouverez, ci-dessous, la lettre ouverte de Brigitte Bardot à Bruno Le Maire :
Paris, le 7 février 2011

Monsieur Bruno Le Maire
Ministre de l’Agriculture

De l’Alimentation, de la Pêche

78 rue de Varenne

75700 Paris





Lettre ouverte





Monsieur le Ministre,



Où trouvez-vous les dizaines de millions engloutis dans des campagnes de propagande pour l’élevage intensif, industriel, qui entraîne l’exploitation de millions d’animaux dans des conditions ignobles, empoisonne les nappes phréatiques et les consommateurs ?



Si ma Fondation dénonce les publicités mensongères du CIV, financées par votre ministère, elle condamne tout autant celles de la filière cunicole, également financées par votre ministère, appelant à manger du lapin, viande présentée comme étant « saine » alors qu’elle provient, à 99%, de lapins élevés en batteries de cages et qu’elle concentre plus de 10% de la totalité des antibiotiques utilisés dans les élevages français… Soit plus de 127 tonnes d’après l’Agence Nationale du Médicament Vétérinaire !



1% seulement de tous les élevages pour la consommation est inspecté annuellement par vos services qui n’ont aucun moyen. Face à cette carence, vous annoncez, dans le même temps, une aide de 20 millions d’euros pour les interprofessions de l’œuf et du foie gras qui ne sont pas aux normes, tant sur les cages de gavage que sur les cages des poules pondeuses.



Ces éleveurs privés avaient plus de dix ans pour se mettre aux normes, votre ministère devrait faire respecter la loi et les sanctionner ou les faire fermer mais vous préférez céder, une fois de plus, au lobby de l’industrie au détriment des contrôles sanitaires.



Il est indécent de consacrer ces dizaines de millions d’euros pour faire passer les poules des cages… aux cages ! Les nouvelles installations n’apportent rien pour les volatiles toujours prisonniers de systèmes intensifs, monstrueux, incompatibles « avec les impératifs biologiques » de l’espèce comme l’impose pourtant l’article L214 du code rural.



Si le consommateur peut désormais acheter en connaissance de cause et bannir les œufs de poules élevées en cage (code 3), il ne le doit pas à vos prédécesseurs qui s’y étaient opposés comme vous vous opposez à votre tour, aujourd’hui, à l’étiquetage des viandes issues de l’abattage rituel, cherchant ainsi à tromper les consommateurs qui ignorent acheter une viande provenant d’animaux égorgés à vif, sans étourdissement préalable et dans de grandes souffrances.



Vous le savez, ma Fondation recueille plusieurs centaines de bovins, ovins, équidés et autres animaux saisis d’élevages mouroirs. Ces sauvetages représentent une dépense très lourde, nous ne disposons pour cela d’aucune aide mais sommes constamment sollicités par vos services vétérinaires bien incapables, faute de moyens, de gérer les situations extrêmes comme ce nouveau cas révélé dans le département du Cher.





Il s’agit de tout un cheptel de bovins, victime d’empoisonnement au lindane (insecticide) qui a déjà entraîné la mort de 2000 bêtes dans des souffrances extrêmes. Ma Fondation est sollicitée pour financer l’euthanasie des bêtes qui n’ont pas encore succombé… C’est un comble ! Sachant, en outre, que 50 taurillons contaminés ont été envoyés à l’abattoir, sous la pression de vos services, et la viande commercialisée à la hâte, avant même de connaître le résultat des analyses qui se sont avérées positives au lindane !



Monsieur le Ministre, il est urgent de soutenir nos organisations qui tentent de pallier aux manquements, voire aux fautes graves de l’administration, il est urgent également de ne plus glorifier un élevage qui est une honte, une industrie qui exploite des animaux rabaissés au rang d’objet.



Ces dizaines de millions d’euros consacrés à la propagande de la viande seraient bien plus utiles sur le terrain à vérifier les conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux, dans un double souci de protection animale et de salubrité publique, car il n’y a vraiment pas de quoi être fier de l’agriculture française qui ne jure plus aujourd’hui que par l’intensif !



Dans quelques jours, s’ouvrira le salon de « l’Agriculture », salon de l’hypocrisie et du mensonge où il nous est interdit de nous rendre ou de disposer d’un stand puisque le parti pris de ce salon est de tromper, lui aussi, les consommateurs français !



Bien sûr, et même si nous n’y sommes pas conviés, nous serons présents aux portes du salon pour sensibiliser les visiteurs sur les conditions d’abattage des animaux dans notre pays, notamment la généralisation de l’abattage sans étourdissement qui scandalise les consommateurs mais aussi les éleveurs, toujours plus nombreux à contacter ma Fondation pour témoigner leur désarroi face à la barbarie des égorgements pratiqués sur les bêtes qu’ils ont élevées.



Monsieur le Ministre, je ne vous écris pas pour vous demander une subvention pour les centaines d’animaux que nous sortons des élevages et que nous sauvons de l’abattoir, mais pour vous dire toute mon indignation devant les dizaines de millions d’euros dépensées par votre ministère pour diffuser des informations mensongères, qui veulent faire croire aux consommateurs que la production française est irréprochable.



C’est un devoir et un engagement que faire preuve de transparence, c’est un devoir moral que de condamner la production intensive qui ne respecte ni les hommes, ni les bêtes.





Cette lettre témoigne d’un ras-le-bol général, nous n’avons plus confiance en ce gouvernement et dans les promesses qui ne sont jamais tenues. J’espère que vous me ferez mentir et que vous prendrez, enfin, les mesures qui s’imposent pour ne plus accepter l’inacceptable.



Nous attendons un ultime sursaut de bon sens et vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, nos salutations indignées.







Brigitte Bardot
Présidente






Contact Presse

Bruno Jacquelin

Fondation Brigitte Bardot

01 45 05 94 55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Site internet : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://revedelicorne.over-blog.fr/
Licorne
Fondatrice Licorne
Fondatrice Licorne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17275
Age : 61

MessageSujet: LA FONDATION BRIGITTE BARDOT PORTE PLAINTE CONTRE DEUX MINISTRES   Mer 23 Fév 2011, 10:53

LA FONDATION BRIGITTE BARDOT PORTE PLAINTE CONTRE DEUX MINISTRES


Face à la généralisation, en France, de l’abattage rituel (Halal et Casher) et l’immobilisme des pouvoirs publics, Brigitte Bardot, au nom de sa Fondation, vient de déposer une plainte contre deux ministres :

- Monsieur Brice Hortefeux, Ministre de l'Intérieur,

- Monsieur Bruno Le Maire, Ministre de l'Agriculture.



RAPPEL DES FAITS



Un combat mené par Brigitte Bardot depuis près de 50 ans ! Dès 1962, devant les caméras de « Cinq colonnes à la une », Brigitte Bardot dénonce l’abattage sans étourdissement.



Cruauté de l’abattage rituel


Les animaux non étourdis sont égorgés à vif, en pleine conscience, ils éprouvent des souffrances inacceptables. L’agonie des animaux peut durer jusqu’à 14 minutes chez les bovins (INRA 2009). Dans le cadre de l’abattage avec étourdissement, l’animal perd conscience et ne ressent pas de douleur lors de son égorgement. Les scientifiques consultés par la Commission européenne ont clairement déclaré : « En raison des graves problèmes de bien-être animal liés à l’abattage sans étourdissement, un étourdissement doit toujours être réalisé avant l’égorgement ».


Une dérogation qui devient une règle !


Si la réglementation européenne prévoit une dérogation à l’obligation d’étourdissement préalable des animaux dans le cadre de l’abattage rituel, cette dérogation tend à devenir la règle dans de nombreux abattoirs, pour des raisons économiques. D’après une enquête menée, en France, par l’OABA dans 225 établissements d’abattage : 28% des gros bovins, 43% des veaux et 62% des ovins-caprins sont abattus sans étourdissement. Ce type d’abattage se généralise au point que, dans les abattoirs d’Île-de-France, pratiquement 100% des bêtes destinées à la consommation générale sont égorgées en toute conscience !


Tromperie du consommateur

Le consommateur est volontairement tenu dans l’ignorance du mode d’abattage des animaux. Jusqu’à 60 % de la viande issue d’animaux abattus selon le rite musulman et jusqu’à 70 % pour le rite israélite se retrouvent dans le circuit classique à l’insu des consommateurs. Cette dérive, qui constitue une infraction à la réglementation, inquiète les autorités européennes qui envisagent la mise en place d’un étiquetage précisant le mode d’abattage de l’animal (avec ou sans étourdissement).


Le ministre français de l’Intérieur n’a toutefois pas caché que le gouvernement s’opposerait à cette transparence et qu’il veillerait à ce que ce projet communautaire d’étiquetage des viandes n’aboutisse pas.


Une campagne d’affichage remarquée


Malgré l’avis défavorable de l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) et les pressions exercées par son Président, Dominique Baudis (...), sept associations* dont la Fondation Brigitte Bardot, ont tout de même réussi, après un bras de fer avec les afficheurs, à maintenir une campagne nationale dénonçant la cruauté de l’abattage rituel, en janvier 2011.

AUJOURD’HUI, BRIGITTE BARDOT PORTE PLAINTE


Brigitte BARDOT et sa Fondation entendent simplement faire respecter le code rural et les normes européennes et françaises qui indiquent que la dérogation à l’obligation d’étourdissement des animaux d’abattoirs n’est consentie que dans le cadre de l’abattage rituel de nature religieuse.


Mais, l’obligation d’étourdissement des animaux d’abattoirs est contournée en faisant un usage systématique de cette dérogation.


Depuis plusieurs années, ces manquements constituent, sur une grande échelle, des infractions pénales dont la connaissance a été portée au ministre de l’Agriculture et au ministre de l’Intérieur, chargé des cultes.

Sachant que les abattoirs font l’objet de contrôles diligentés par les Directions Départementales des Services Vétérinaires placées sous l’autorité de la direction générale de l’Alimentation, l’une des directions du ministère de l’Agriculture.


Sachant, par ailleurs, que le préfet, qui accorde les agréments aux abattoirs, peut également procéder à leur retrait.


Des demandes dans ce sens ont été formées, sans succès, auprès des préfets concernés par l’Oeuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs suite aux constats que les représentants de cette association, reconnue d’utilité publique, avaient fait lors de leurs visites en abattoirs.


Or, l’article 40 alinéa 2 du Code de procédure pénale souligne que « toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit, est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès verbaux et actes qui y sont relatifs ».



Compte tenu des dispositions de cet article, ce devoir s’imposait aux deux ministres concernés.


Leur abstention apparait donc punissable au titre de « complicité ».



*Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs ; Fondation Brigitte Bardot ; Fondation Assistance aux Animaux ; Protection Mondiale des Animaux de Ferme ; Conseil National de la Protection Animale ; Société Nationale pour la Défense des Animaux ; Confédération Nationale des SPA de France


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://revedelicorne.over-blog.fr/
 
SCANDALE : BRIGITTE BARDOT INTERPELLE LE MINISTRE SUR LA FILIERE VIANDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A l'indrot du bonheur, Brigitte Bardot
» Claude François et Brigitte Bardot
» make up de brigitte bardot
» Brigitte Bardot et la Russie
» Brigitte et Chico & les gyspies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REVE DE LICORNE :: Les News :: ***Les News de la protection animale-
Sauter vers: